COMMUNIQUÉ DE PRESSE - Le groupe d'écoles 'GO ! Mandel en Leie' reçoit un chèque d'un million d'euros pour économiser l'énergie

cheque de VEB à groupe d'écoles 26
Au printemps, le groupe d'écoles Mandel et Leie de l'enseignement communautaire a soumis 9 demandes de projet à VEB. Afin de relancer les investissements dans les économies d'énergie dans les services publics après la crise sanitaire, VEB a distribué des fonds via le programme public 'Relance' en faveur de nombreuses mesures d'économie d'énergie. Le groupe d'école 26 a eu les plus hautes ambitions. Aujourd'hui, il s'est vu remettre symboliquement le chèque du montant le plus élevé, soit pas moins de 1 million d'euros.

Diter Den Baes, directeur général du groupe d'écoles 26 : « Depuis que je suis directeur général, j'ai consacré des moyens supplémentaires à la prévention et aux infrastructures, tant sur le plan financier que sur le plan du personnel. Lorsque l'offre de la VEB en matière de Soutien de Relance a été présentée, notre groupe d'écoles a opté pour une collaboration maximale en matière de mesures d'économie d'énergie pour l'enveloppe du bâtiment. »

Selon les calculs des bureaux d'étude, les  9  projets soumis représentent ensemble un budget de plus de 2,5 millions d'euros. Sur ce total, 40 % sont supportés par des Moyens de relance. Les projets les plus importants concernent la rénovation des toits du Campus Bellevue à Izegem et du MPI Pottelberg à Courtrai.

La vision et l'entrepreneuriat durable sont deux des valeurs du groupe d'écoles. Avec le plan d'action le plus ambitieux dans ce cadre, il prouve que ces valeurs ne restent pas lettre morte.

Diter Den Baes : « L'environnement d'éducation est parfois appelé le troisième pédagogue, aux côtés des apprenants (condisciples), des enseignants et des éducateurs. L'environnement dans lequel ils évoluent a un impact sur leur apprentissage. Notre groupe d'écoles investit davantage dans nos bâtiments afin de créer un environnement d'apprentissage stimulant. »

Frederik Hindryckx, CEO de la VEB : « En février et mars, nous avons assisté à un afflux de demandes de services publics. Le succès de ce plan Relance montre que les autorités veulent certainement réaliser leurs objectifs climatiques. Le bât blesse généralement au niveau financier. Outre ce programme, nous utilisons également des fonds européens et un financement citoyen pour réduire les obstacles à l'investissement. »

« L'énergie la moins chère est celle que vous ne consommez pas. Cela vaut également pour les autorités. C'est pourquoi nous voulons également utiliser l'argent de la relance pour rendre les bâtiments publics aussi efficaces que possible sur le plan énergétique. La flambée des prix de l'énergie nous fait une fois de plus comprendre qu'il est préférable d'investir aujourd'hui dans un avenir durable et économe en énergie plutôt que demain. Je suis heureux de constater que l'enseignement communautaire ne se contente pas d'expliquer à nos enfants les conséquences du réchauffement climatique, mais qu'elle joint le geste à la parole pour réduire son impact sur l'environnement », déclare Zuhal Demir, ministre flamande de l'Environnement et de l'Énergie.