L’agence Nature et Forêts (ANB) rend ses bâtiments plus durables avec VEB

Marleen Evenepoel (pour ANB) et Frederik Hindryckx (pour VEB)
Le 14 mai 2019, l’Agence Nature et Forêts (ANB) et VEB ont signé un accord de coopération. Cet accord constitue le point de départ d’un partenariat visant à rendre plus durables tous les bâtiments de l’ANB. Le but est, entre autres, d’atteindre les objectifs climatiques devant amener l’ANB à réduire de 40 % ses émissions de CO2 et de 27 % la consommation énergétique primaire de ses bâtiments d’ici 2030.

La collaboration se traduit concrètement dans deux domaines. Mesurer, c’est savoir. Ainsi, toutes les données relatives à la consommation et aux données connexes sont collectées pour plus de 200 bâtiments, et saisies dans l’entrepôt de données énergétiques et patrimoniales TERRA. L’ANB est responsable de la mise à jour des données relatives aux bâtiments, tandis que VEB, en tant que fournisseur, est responsable de la mise à jour des données de consommation.

À partir de ces données, VEB effectue une analyse du patrimoine axée sur l’énergie.

Un domaine de coopération important est bien entendu celui de la mise en œuvre de mesures d’économie d'énergie. VEB peut jouer le rôle de centrale d’achat pour ces mesures.

L’ANB et VEB entendent ici dépasser les mesures traditionnelles telles que l’isolation, l’adaptation des réglementations, la rénovation thermique, etc. L’une des options étudiées est un contrat de maintenance et de prestations énergétiques étendu, fondé sur les principes de l’économie circulaire.
VEB et l’ANB prévoient cinq phases dans cette approche :
  1. La capture des données. Celle-ci est quasiment terminée. La collaboration sur ce point s’est étendue de septembre à décembre 2018. Il ne reste plus qu’à enrichir les données.
  2. Une analyse de patrimoine, par laquelle VEB localisera les gros consommateurs.
  3. L’élaboration d’une vision patrimoniale ou d’un masterplan énergétique. Un questionnaire sera utilisé afin d’avoir une idée précise des bâtiments stratégiques et prioritaires, des niveaux d’ambition pouvant être maintenus et des besoins fonctionnels des bâtiments devant être pris en compte.
  4. Le plan de mise en œuvre stratégique. VEB examine les mesures qu’il serait préférable que l’ANB mette en œuvre séparément, et celles qu’il vaudrait mieux intégrer dans un contrat de prestations énergétiques. VEB et l’ANB peuvent donc également inclure des exigences relatives à l’utilisation de matériaux, à un climat intérieur sain et à la participation des citoyens.
  5. Le marché public pour les mesures ou contrats d’économie d’énergie.
Marleen Evenepoel, administrateur-général de l’ANB :

Nous avons choisi cette approche décentralisée afin de travailler de façon plus efficace et plus ciblée à nos ambitions climatiques. En tant qu’Agence Nature et Forêts du gouvernement flamand, il est très important que nous contribuions aux objectifs en matière de climat.

 
Frederik Hindryckx, CEO de VEB :

VEB se félicite de cette approche intégrale qui va de l’analyse patrimoniale à l’implémentation et au suivi. Nous sommes ainsi assurés de l’impact sur les objectifs en matière de climat.



Vous souhaitez vous aussi bénéficier d’une approche structurelle en matière de gestion de l’énergie ? Prenez rendez-vous pour un Masterplan énergétique.