Cherchez votre question

Nous avons déjà rassemblé pour vous un grand nombre de « questions fréquemment posées ». Tapez ci-dessous le terme que vous recherchez.

Si vous ne trouvez pas ce que vous cherchez, consultez les différentes catégories ci-dessous.

Stratégie d'achat

  • D'où vient votre électricité verte ?
    La répartition de la provenance de notre électricité verte se présentait comme suit pour 2015 :

    la provenance de l'électricité verte

    Vous pouvez choisir d'imposer des exigences spécifique pour cette électricité verte. Les critères peuvent être :
    • Type d'énergie renouvelable : zéro CO2 (vent, soleil, eau) ou CO2-neutre (biomasse)
    • Provenance : plus chère en Belgique qu'en Scandinavie
    • Impact sur l'environnement : p.ex. la biomasse qui doit être apportée de loin
    • Ancienneté de l'installation : au plus ancienne l'installation, au moins cher
    Dans le courant de 2016 nous avons pris la décision de retirer la biomasse du mix énergétique. La biomasse est obtenue par combustion ou fermentation de matériaux organiques tels que le bois, l'huile végétale ou les déchets verts. Le fait de savoir si la biomasse est vraiment durable est sujet à discussion. C'est pourquoi nous optons désormais pour le 100 % vert foncé. Du reste, nous choisissons de ne pas imposer trop de critères à notre fournisseur. Car cela représenterait un surcoût que toutes les entités ne seraient peut-être pas prêtes à payer. Pour les plus petites entités ou administrations, un prix élevé pourrait en effet faire fuir. Un petit exemple à titre d'illustration : si nous décidions d'acheter l'électricité verte pour 0,10 euro/MWh au lieu de 0,50 euro/MWh (si l'on impose différents critères), pour une petite commune ayant une consommation électrique de 3 200 MWh, cela engendrerait rapidement un surcoût de 1 280 euros/an.
    Il est possible qu'à l'avenir nous allions vers deux modèles, et que vous ayez dès lors le choix.
     
  • Comment achetez-vous vos certificats verts (GSC) et les certificats d'énergie thermique (WKC) ?
    Nous tenons chaque mois une mini compétition entre les différents adjudicataires, nous choisissons les meilleur marché et achetons exactement le nombre de certificats dont nous avons besoin. Ces frais sont répercutés de manière transparente. 
  • Acheter de l'énergie sur le marché à court terme, est-ce de la spéculation ?

    Non. Dans la spéculation, vous prenez une position par rapport à une évolution future du marché, avec l'intention de faire du bénéfice. La VEB ne prend pas de position. Le volume total est acheté sur le marché à court terme, chaque fois la veille. En cas d'achat sur le marché à long terme, vous payez d'ailleurs une prime de risque. Pour acheter sur ce marché et être « certain » d'un bon prix, beaucoup de temps et de connaissances sont nécessaires. Des achats sur le marché à long terme peuvent être ponctuellement meilleur marché, mais des études montrent que même pour un acheteur expérimenté, il est difficile d'être systématiquement le meilleur marché. Cette tâche est alors également souvent sous-traitée au fournisseur ou au consultant. Sur le marché à court terme, ce suivi pointilleux n'est pas nécessaire.

  • Le Belpex a baissé ces 5 dernières années, mais cela va-t-il durer ? Ne prenons-nous pas un risque en achetant sur le marché à court terme ?

    Une étude de la CREG montre que le marché à court terme, pris sur un certain nombre d'années, est en moyenne meilleur marché. Ceci est évidemment aucune garantie complète pour l'avenir. Des achats sur le marché à long terme peuvent être ponctuellement meilleur marché, mais les études montrent que même pour un acheteur expérimenté, il est difficile d'être systématiquement le meilleur marché.

    D'autre part, il est important de considérer la situation dans son ensemble. Quelle est la part de l'énergie dans la facture d'énergie totale ? Qu'en est-il du risque d'un hiver très froid ? D'un point de vue relatif, vous remarquerez que le risque du marché à court terme est moins important que les autres risques (un hiver rigoureux par rapport à un hiver doux, un changement brusque de la législation avec effets rétroactifs,...), pour lesquels nous ne devons pas nous faire de soucis aujourd'hui.

    En choisissant le marché à court terme, la VEB suit également la loi sur les marchés publics en ce qui concerne la flexibilité : facilité d'entrée et de sortie, facilité d'ajouter ou de réduire le volume ou le nombre d'EAN.

  • Comment le choix du fournisseur s'est-il opéré ?

    Il n'a pas été négocié. Nous avons suivi la loi sur les marchés publics et organisé un appel d'offres dans lequel il était précisé que le fournisseur devait acheter pour nous sur le marché au comptant, et dans lequel nous demandions aussi que l'indemnité de service nous soit communiquée. Parmi les quatre fournisseurs ayant répondu, nous avons choisi celui qui offrait le prix le plus bas.

  • Achetez-vous vous-même votre énergie sur le marché du commerce de gros ?

    Non, pas en ce moment. En tant que centrale d'achat, nous avons procédé à une adjudication et nous nous sommes engagés avec un fournisseur agréé qui tient le rôle d'acheteur sur le marché du commerce de gros. Il s'agit d'une adjudication de deux ans, après quoi nous lancerons un nouvel appel d'offres.