Coup d’œil dans le rétro pour quelques anciens

10 ans VEB
La VEB fête cette année son dixième anniversaire.  Au cours de cette période, elle a déjà connu une évolution considérable.  Nous nous sommes entretenus avec quelques collègues qui étaient là lors de ces premières années :  Sven Crabbé (à l’époque responsable clientèle, actuellement reporting analyst), An Brouns (responsable clientèle), Maarten Maes (gestionnaire processus et innovation), Koen Willems (à l’époque responsable IT, actuellement analyste fonctionnel) et Tine Weckhuyzen (chargée de communication). 

enkele anciens VEB De cette première période, les collègues se souviennent particulièrement de cette ambiance typique des start-up.  C‘était encore une petite équipe très soudée. Quasiment chaque semaine, il y avait une « première fois » ou une occasion à célébrer.  Le contenu des fonctions était encore beaucoup plus diffus, chacun intervenant là où cela était nécessaire.  Par exemple, lorsque les premiers contrats devaient sortir, presque tout le monde y avait contribué de l’une ou l’autre manière.  Ce niveau élevé d‘implication était très agréable, mais ne pouvait évidemment pas se maintenir au fur et à mesure que la VEB allait se développer. 
 
Koen : « C‘était une période très amusante. Ce n‘était pas formel, nous devions encore tout découvrir. »  
 
Quiconque a déjà travaillé dans une start-up le reconnaît : c‘est un sentiment particulier de commencer sans aucun client et de voir ensuite leur nombre augmenter sous vos yeux. 
 
Maarten : « Après cette première vague de clients, je pensais que les choses allaient stagner pendant un bon moment, mais en fait, notre croissance s’est poursuivie. »  
 
De quelles réalisations les collègues sont-ils le plus fiers ?  Ce sont essentiellement les réalisations communes qui sont citées : comment nous sommes passés d‘acteur mineur à acteur majeur, la confiance que nous accordent nos clients et les partenariats que nous avons établis dans des secteurs tels que les soins de santé, l’enseignement et la culture.  
 
Tine : « J‘exerce ma fonction au portail numérique de la VEB, je vois les formulaires de contact qui entrent. Les organisations trouvent de plus en plus par elles-mêmes le chemin qui les mène à nous.  C‘est là un sentiment bien agréable. »  
 
Mais les contributions personnelles restent également. La construction de Terra, par exemple, ou l‘arrivée des administrations locales. 
 
Sven : « Nous avons également rencontré des personnes très reconnaissantes dans les communes plus petites.  Enfin un fournisseur qui donnait des explications ! »  
 
Enfin, je demande si les anciens observent une ligne rouge dans l‘ambiance de travail à la VEB, notre ADN en quelque sorte. Les collègues estiment qu’il subsiste quelque chose de la mentalité de start-up.  Ainsi, on constate une importante participation, et nous avons une approche plutôt pragmatique dans l’action. La volonté d’en faire quelque chose est bien présente.  
 
An :  « Vous avez ici des gens très différents qui postulent chez nous parce qu’ils sont motivés par leurs idéaux, pour lutter contre les changements climatiques. » 

(Photo: de gauche à droite: Maarten, Tine, Sven)